Centre d’art et de photographie

Ouvert jusqu’au 25 septembre

Le Centre d’art réunit quatre artistes qui puisent dans leur environnement quotidien la matière de leurs combats et de leurs recherches artistiques.

La « fiction documentaire » de Roger Ballen met en scène les psychodrames d’une société sud-africaine en proie à ses fantômes. Venu de la photographie documentaire, Roger Ballen sillonne le pays dans lequel il fait le choix de s’installer au début des années 1980. À partir de 1994 il se concentre sur une communauté marginale de Johannesburg dont il fait les acteurs d’un théâtre intime. Roger Ballen utilise leurs décors, leurs animaux, leurs corps et leurs lubies pour bâtir des scénographies surréalistes qui brouillent les frontières entre fantaisie et réalité, dérives sociales ou mentales, créations artistiques ou objets trouvés.

C’est encore l’Afrique du Sud que parcourt le photographe Graeme Williams, attentif aux changements amenés par la fin de l’apartheid. Dans la série « Peindre sur le présent » il fait le constat d’une pauvreté endémique, toujours en attente d’une réforme qui ne vient pas. Mais chacun est désormais libre d’exprimer sa singularité par une touche de couleur et de fantaisie. Qu’on la considère comme un cache-misère ou comme un signe d’espoir, la couleur transfigure l’environnement et proclame une identité enfin respectée.

L’œuvre engagée de LaToya Ruby Frazier dénonce la misère des laissés-pour-compte de sa ville natale de Braddock, en Pennsylvanie, frappée par la crise industrielle et abandonnée à la pollution et à la violence. Ses images à la beauté poignante interrogent le futur d’une communauté trop longtemps négligée qui subit les effets du capitalisme « sauvage ». LaToya Ruby Frazier se met en scène avec sa famille dans un univers quotidien chaotique où l’homme, comme la ville, est mis au rebut. Dans le portfolio consacré à la campagne contre la fermeture de l’hôpital de Braddock, l’artiste annote des affiches publicitaires des jeans Levi’s prises dans le contexte « destroy » de Braddock. Elle stigmatise leur arrogance face à la précarisation sanitaire, économique et sociale d’une population prise au piège de la pauvreté.

Son environnement quotidien, Frank Smith le puise dans les images médiatiques qui envahissent notre univers visuel et amènent le monde à notre porte. Artiste du langage, poète et vidéaste, il renoue avec la pratique des cinétracts, initiée par Chris Marker en mai 1968. Dans les 19 films courts de sa série Les Films du monde, un corpus d’énoncés, tant poétiques que politiques, débusquent les faits derrière les images et leur apportent un éclairage sensible. Cette « reformulation poétique du monde » vise, selon le protocole d’origine de cette forme cinématographique, à « contester-proposer-choquer-informer-interroger-affirmer-convaincre-penser-crier-dénoncer-cultiver » afin de « susciter la discussion et l’action ».

Pauline de Laboulaye


ROGER BALLEN

Né en 1950 à New York
Vit et travaille à Johannesburg
Américain
Site de l’artiste
Roger Ballen – Mimicry (Serie Boarding House), 2005 – © R. Ballen
Vue d'exposition - Roger Ballen
Vue d’exposition – Roger Ballen

LATOYA RUBY FRAZIER

Née en 1982 à Braddock, Pennsylvanie
Vit et travaille à New York
Américaine
Site de l’artiste
Site de la galerie Michel Rein
LaToya Ruby Frazier - Momme Portrait Series (Shadow), 2008 - © L. R. Frazier
LaToya Ruby Frazier – Momme Portrait Series (Shadow), 2008 – © L. R. Frazier
Vue d'exposition - La Toya Ruby Frazier
Vue d’exposition – La Toya Ruby Frazier

FRANK SMITH

Né en 1968 à Calais
Vit et travaille à Paris et Los Angeles
Français
Site de l’artiste
Site de la galerie Analix Forever
Frank Smith - Les fillms du monde / 9 cinétracts, 2015 - © F. Smith
Frank Smith – Les fillms du monde / 9 cinétracts, 2015 – © F. Smith

GRAEME WILLIAMS

Né en 1961 à Cape Town
Vit et travaille à Johannesburg
Sud-africain
Site de l’artiste
Site de la galerie VU’
Graeme Williams - Intabazwe Township, Harrismith, 2011 - © G. Williams
Graeme Williams – Intabazwe Township, Harrismith, 2011 – © G. Williams
Vue d'exposition - Graeme Williams
Vue d’exposition – Graeme Williams

HALLE >